Menu icoMenu232White icoCross32White

Retour
Le coronavirus, une opportunité pour l’Afrique ?

Le coronavirus, une opportunité pour l’Afrique ?

L’Afrique doit-elle être indéfiniment un terrain d’expérimentation pharmaco-médicale pour les pays développés ?

Par Michel PADONOU Qualité-Gouvernance Evaluation des Politiques Publiques

Si l’on croise les informations et les combats de coqs entre les spécialistes à propos de la chloroquine, le covid 19 serait sensible aux produits antipaludiques.

Après la France avec l’hydroxychloroquine du contesté et fantasque Professeur Raoult, la Russie vient de découvrir les vertus de la méfloquine, un autre antipaludique. S’il n’y a pas de fumée sans feu, l’on peut croire que les médicaments contre le paludisme auraient quelque efficacité contre le coronavirus.

Les africains connaissent la nivaquine et la flavoquine avec les bourdonnements d’oreilles voire les surdités qui leur sont attribués comme effets secondaires. Ils connaissent également le quinimax injectable, qui a laissé bien des séquelles dans les membres inférieurs de nombre d’africains. Aujourd’hui les antipaludéens font la une des journaux européens comme s’ils venaient d’être découverts alors qu’ils sont diffusés, sans aucun contrôle particulier, depuis des siècles, dans les pays pauvres. Dès lors, quelques questions me hantent :

Malgré la grande indigence des systèmes de santé, pourquoi y-a-t-il si peu de personnes atteintes par le covid 19 en Afrique ?

Pourquoi la quasi-totalité des malades répertoriés en Afrique vient-elle d’Europe ou de Chine ?

Pourquoi la quasi-totalité des morts aujourd’hui recensés arrive-t-elle d’Europe où de la Chine où ils ont récemment séjourné ?

L’on sait qu’arrivés par des vols réguliers, beaucoup de ces personnes à risque ont été conduits vers des lieux supposés de confinement d’où ils se sont échappés pour la plupart au bout de 24h, au risque de propager le virus dans les populations.

L’on sait également que ceux, parmi ces voyageurs de retour au pays, qui ont pu être tracés, n’auraient pas de symptômes liés au covid 19, parce qu’ils auraient l’habitude d’utiliser les antipaludéens.

En Afrique où le paludisme est à l’état endémique, la prise régulière de médicaments à base de chloroquine (plantes naturelles ou produits de synthèse) fait partie du rituel familial. L’enfance et la vie de tout africain vivant en Afrique sont rythmées par la prise quasi quotidienne de plantes destinées à renforcer l’organisme contre le palu. Dès lors, peut-on déduire que la saturation de l’organisme des africains par les antipaludiques les prémunirait contre les ravages du coronavirus ?

En tout état de cause, pendant que les spécialistes européens se disputent la paternité aujourd’hui incertaine de la solution miracle contre le covid 19, la chloroquine et ses dérivés continuent de faire partie du quotidien de l’africain et pourraient prémunir le Continent contre la catastrophe annoncée. Dès lors, l’Afrique retient son souffle et croise les doigts, en espérant avoir anticipé les résistances des organismes contre le coronavirus grâce à leur familiarité avec la chloroquine

Aussi, faut-il soutenir la résistance qui s’organise contre les essais vaccinaux dont certains voudraient que l’Afrique soit, une fois encore, le champ d’expérimentation contre le covid 19 ? Faut-il s’opposer à ce que le Continent ne serve pas, à nouveau, de cobaye pour les pays riches ? Certes oui. Car, si l’on affirme aujourd’hui en Europe que la chloroquine doit être prise contre le covid 19, quel est le sens de cette expérimentation sur les africains ?

Certes, l’on exige, en Europe, que l’administration des antipaludiques doive se faire sous le strict contrôle médical, alors qu’aucune précaution n’a jamais accompagné l’administration massive de cette molécule en Afrique. Comment interpréter ces précautions du moment ?

Ce serait tant mieux si les Africains étaient prémunis contre le covid19 grâce aux antipaludiques.

Aujourd’hui, aucune pharmacie en Europe ou en Afrique ne dispose plus d’antipaludiques disparus des étals des pharmaciens en peu de jours ; et les prix des bottes de plantes flambent sur les marchés africains, pendant que le Maroc et les Etats européens réquisitionnent les stocks disponibles auprès des laboratoires. Alors, ne serait-ce pas l’opportunité pour tous les pays africains de conjuguer leurs efforts pour que médecine moderne et tradithérapeutes développent ensemble les ressources de la pharmacopée africaine disponibles dans l’or vert dont regorge le Continent ?

Pour le monde entier, l’après coronavirus est porteur de souffrances mais aussi d’espérances. L’Afrique prendra-t-elle sa part dans les inévitables changements des systèmes, des économies et des vies ?

La première pierre de ces changements ne serait-elle pas de résister, pour que l’Afrique ne serve pas, à nouveau, de cobaye pour un vaccin dont elle n’a manifestement pas besoin ?

Question de gouvernance responsable et solidaire en actions en lieu et place des palabres et des égoïsmes nationaux étriqués.

Michel PADONOU

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
COVID-19
Consultez également
L’Afrique<br />
face au Coronavirus, et après ?

L’Afrique
face au Coronavirus, et après ?

Plaidoyer pour un peu de dignité et de fierté.Moins de pleurnicheries.Plus d’actions à l’échelle...

8 janvier 2020
Coronavirus et la propreté des mains

Coronavirus et la propreté des mains

Le 15 octobre prochain marque la Journée mondiale du lavage des mains, une journée de...

14 octobre 2020
COVID19 : ESF et BENIN PARTENAIRES collaborent au BENIN

COVID19 : ESF et BENIN PARTENAIRES collaborent au BENIN

ELECTRICIENS SANS FRONTIERES est mobilisé dans la lutte contre la pandémie avec le projet...

15 octobre 2020
RECONFINEMENT ET LA VIE ASSOCIATIVE

RECONFINEMENT ET LA VIE ASSOCIATIVE

Mesdames et Messieurs les Adhérents de l’Association BENIN PARTENAIRES.L'Assemblée Générale...

3 novembre 2020
Les Objectifs de Développement Durable

Les Objectifs de Développement Durable

Les Objectifs de Développement Durable (ODD) définissent 17 priorités pour un développement...

8 avril 2020